Le quartier de Triana, l'âme de Séville

Se promener dans les rues du quartier de Triana à Séville, c'est entrer dans le plus profond de l'âme de la capitale andalouse. Parmi tant d'autre, on peut apprécier les cours intérieures des habitants, les ateliers de potiers, les académies de danse où les petites filles apprennent à danser les sevillanas, les rues teintes de blanc …

Tout ici est naturel et authenticité, un combiné nécessaire pour que dans ce quartier soient nés quelques uns des meilleurs chanteurs de flamenco et toreros de tous les temps. Aussi originaire de Triana, Rodrigue de Triana, le premier marin castillan ayant vu l’Amérique, et d'ici sont partis beaucoup d'autres marins comme ceux qui complétèrent l'équipage de Magallanes et Elcano dans son tour du monde.

Sur la rive droite du fleuve Guadalquivir, Triana est unie à ses voisins d'en face grâce à un pont, originellement tendu à l'aide de barques, mais qui fut transformé en un vrai pont fabriqué après la construction du pont d'Isabel II en 1852. C'est précisément la défense du pont des barques qui amena à la levée d'un château qui fut construit pour défendre la première passerelle. Aujourd'hui, à l'endroit où le château était situé, il y a une place décorée de faïences de Triana et de statues, et entourée de bistrots avec une odeur caractéristique au poisson frit.

La rue Betis, le cœur de ce quartier, est très proche avec des vues impressionnantes sur Séville, le fleuve ou le pont. Après avoir photographié ce panorama (on vous recommande de la faire au levé du jour ou bien à la tombée de la nuit) il faut se perdre dans le quartier. Il s'agit d'une zone avec des rues très étroites pleines de vie, de cours intérieures, et celle qui fut la cathédrale du quartier, la paroisse royal de Sainte Anne, à côté de laquelle on trouve la chapelle des marins, siège de la fraternité de l'Espoir.

Maintenant il faut se promener un peu vers l'autre côté du quartier, pour voir d'autres choses intéressantes de Triana comme les ateliers des potiers qui sont à côté du marché d'Abastos (visite obligatoire), et le siège d'une des confréries plus remarquables de la semaine sainte : la fraternité du Cachorro.